La première action de tout plan climat est de sensibiliser, communiquer. Mais à Calais, le « climatogramme reste désespérément plat ! Natacha Bouchart ne parle jamais du changement climatique, comme si celui-ci n’existait pas ou ne s’appliquait pas à Calais ! Ou n’était pas important aux yeux des habitant.e.s !

Pourquoi ce silence ? Déni ? Ou est-ce plutôt parce qu’elle sait que les politiques qu’elle conduit vont à l’inverse de ce qu’il faudrait faire pour que l’empreinte carbone de Calais diminue ? Pourtant, l’impact sur notre territoire ne sera pas anodin. Mieux vaudrait s’y préparer !

Une municipalité sans aucun rôle pédagogique

Ces six dernières années, si la question climatique a été évoquée dans les médias, elle n’a jamais semblé digne d’intérêt pour les instances politiques locales. Alors que le rôle d’une municipalité devrait être d’inciter, d’accompagner les citoyen.ne.s vers les transformations majeures nécessaires liées à la question climatique, aucune communication, aucune réunion publique, aucun colloque n’ont été organisé.e.s par la municipalité pour informer les citoyen.ne.s, échanger avec elles/eux et recueillir leurs idées.

Aucune action pédagogique auprès des écoles, ni information dans les bulletins municipaux. La ville n’a été à l’origine d’aucun événement lié à cette problématique, les événements de sensibilisation nationaux ou européens (Journées de l’Environnement, Semaine de la Mobilité, Semaine du Dévelopement durable etc.) sont ici ignorés.

Faute d’un « climat » municipal porteur, les projets individuels (plus ou moins!) liés à l’écologie sont peu nombreux. Cela n’a pas empêché la ville de les mettre en avant médiatiquement, comme si elle était pour beaucoup dans leur parcours de création !

Peu concernée par les questions environnementales, la municipalité conteste aussi à d’autres le droit d’informer les citoyen.ne.s. Ainsi a-t-elle interdit la tenue en 2015 d’un forum sur cette question, Alternatiba, mouvement écologiste de stature nationale.

Heureusement, les citoyen.ne.s se bougent pour le climat

Depuis un an, les citoyen.ne.s se bougent, puisque les autorités ne font rien. A l’appel national d’Ensemble pour le Climat, la marche organisée le 16 mars 2019 par Citoyennes et Citoyens de Calais pour le climat a réuniprès de 250 personnes pour appeler à l’action publique. Sans succès depuis, la direction de l’agglomération restant désespérément sans réaction.

Ce collectif a organisé depuis plusieurs autres événements :

  • Le vélo : une solution climat ?
  • Une journée portes ouvertes chez un maraîcher bio, Antoine Maguire
  • Une seconde marche dans le cadre du réemploi, de la paix, et du forum des associations.

A l’approche des élections municipales, le collectif interpelle les candidats pour qu’ils s’engagent à respecter des mesures du Pacte pour la Transition

Il prépare aussi la création d’une Université Populaire de la Transition pour que ceux qui le peuvent fassent bénéficier gratuitement d’autres citoyen.ne.s de leur expérience (déplacements, déchets, cuisine végétale etc…)

Communication, pédagogie, implication citoyenne sur la question climatique: la liste Respirer Calais 2020 emmenée par Virginie Quénez s’engage

  • organisation d’échanges, de conférences, diffusion de l’information ;
  • tenue d’événements, de forums liés aux questions environnementales, impliquant les associations ;
  • animations dans les « Maisons du Vivre Ensemble »
  • mettre en place un véritable programme pédagogique santé-environnement dans les écoles pour emmener progressivement les citoyen.ne.s vers la reprise en main de leur indépendance dans la proximité : jardiner, se déplacer autrement, acheter « occasion », manger autrement, partager davantage etc.
  • Enfin, un axe majeur : grâce aux animateurs-trices formé.e.s, susciter et accompagner dans la population (Maisons de Quartier) la naissance de projets (individuels, associatifs, entreprises) liés à la transition écologique et solidaire.

Un commentaire

  • Jean-Pierre Moussally dit :

    Parmi nos engagements, il y aussi :

    1) le PACTE POUR LA TRANSITION,
    que nous avons signé avec 31 engagements sur les 32 possibles, et pour la majorité d’entre eux un niveau d’ambition maximal de 3/3, et une ambition pour la transition à 70 points sur 92 possibles (un point par niveau d’engagement), quand à Calais l’ambition des autres listes signataires n’atteint pas la moitié de ce nombre de points. Nous avons même pris 5 engagements locaux supplémentaires (non comptabilisés) !
    —> https://www.pacte-transition.org/#signatures
    (indiquer le code postal de Calais : 62100)

    https://www.facebook.com/respirercalais2020/photos/a.106528267470702/156514365805425/?type=3&theater

    2) Nos engagements PARLONS VELO :

    organisé par la FUB (Fédération des Usagers de la Bicyclette), qui avait déjà organisé le baromètre des villes cyclables, pour lequel notre ville a obtenu, pour la deuxième fois consécutive, la note F.

    Nous nous sommes engagés sur une vraie politique du vélo avec 33 mesures sur 36 (35 avec certaines limitations), là encore la plus ambitieuse de toutes les listes calaisiennes signataires.
    —> https://municipales2020.parlons-velo.fr/s/608

Laisser un commentaire