Conseil municipal extraordinaire en direct

  • Mardi 30 mars 2021
  • À 16h00
  • À distance par visio-conférence

Ce conseil municipal était visible grâce à une retransmission au sein de cet article.

Si vous n’avez pas eu la possibilité d’être présents pour assister au live, une rediffusion de celui-ci est disponible dans cet article.

Christophe DUFFY

BUDGET DE LA VILLE

En termes d’analyse sur votre proposition de budget 2021, je constate que la situation se tend depuis plusieurs années avec une accélération de la dégradation en 2020 qui vous oblige dorénavant à une activation récurrente de la ligne de trésorerie.

L’effet covid est indéniable dans cette dégradation mais il n’explique pas tout.

En effet, depuis des années la ville de Calais fait du surinvestissement par rapport à sa surface financière comme les ratios que je viens d’évoquer le démontrent. Ceci est lié à des opportunités que vous avez su saisir, voire susciter comme le contrat de territoire, mais les subventions à l’investissement ont un effet addictif et délétère si elles sont orientées vers des projets qui ne préparent pas l’avenir. 

De fait, comme les investissements réalisés sont peu orientés vers des projets durables, ils sont eux-mêmes générateurs de coûts supplémentaires et non pas réducteurs des coûts historiques, ce qui a pour effet pervers d’ajouter de nouvelles charges aux anciennes et pose la question de l’avenir, quand l’Etat sera moins généreux, ce qui ne manquera bien évidemment pas d’arriver, car il a lui aussi de plus en plus de problèmes de fin de mois…

En résumé, vous créez toujours plus d’équipements, qui eux-mêmes génèrent de nouvelles charges, sans avoir réduit les charges de fonctionnement traditionnelles, et ceci avec une population qui n’augmente pas et des ressources fiscales modestes et peu dynamiques. Il y a donc un moment où cela va poser problème alors que des investissements fondamentaux pour l’avenir dans les domaines de l’énergie, du patrimoine et du logement n’ont pas fait partie de vos priorités. Et ce moment se rapproche car on ne peut pas vivre perpétuellement à crédit, surtout quand la capacité d’autofinancement se réduit comme peau de chagrin.

Je ne vous reproche donc pas la gestion quotidienne des deniers publics, mais des choix stratégiques davantage tournés et depuis bien trop longtemps vers le toujours plus, plutôt que vers le toujours mieux. 

Depuis 14 ans maintenant, avez axé votre stratégie sur la communication tous azimuts et tout misé sur l’image, et beaucoup sur votre propre image d’ailleurs. 

Plutôt que de développer une stratégie globale qui réponde aux vrais enjeux d’avenir, vous avez beaucoup navigué à vue, d’une opportunité à une autre, d’un coup médiatique à un autre.

Or ces enjeux, ce ne sont bien évidemment pas le nombre de touristes chinois qui viendront voir des statues dans les rues de Calais, ou des parcs d’attractions très virtuels… je pense que tout le monde en convient désormais. 

L’enjeu majeur est comment fera demain la population pour payer ses factures de gaz ou d’électricité, dans une ville durable qui donne envie d’y vivre avec un cadre de vie réhabilité et en y respirant un air sain. 

Vous, vous pensez que c’est en économisant 3 centimes sur une merguez achetée dans un centre commercial périphérique supplémentaire au volant d’une voiture électrique achetée à crédit qu’elle va y arriver ; nous nous pensons que c’est en agissant sur les comportements et le cadre de vie, en investissant massivement avec les habitants dans la transition énergétique avec la production d’énergies renouvelables, en engageant un grand plan de rénovation des logements et notamment du parc privé et dans une aération de la ville autour de véritables poumons verts urbains plutôt que des squares étriqués, que nous trouverons les solutions du vivre mieux ensemble.

Et cela suppose de faire des choix budgétaire et politiques, comme celui de reconquérir des espaces de voirie et de stationnement car on ne sait pas multiplier les mètres carrés et parce qu’il faut choisir ce qui rapporte durablement plutôt que ce qui coûte à la collectivité et à la planète.

Car les gisements d’emplois de demain sont autour de nous, dans la proximité et dans notre capacité à changer nos comportements et à adapter notre ville aux enjeux de l’avenir, et ce n’est pas en poussant au bout du bout le système économique actuel moribond de la consommation de masse que nous progresserons.

On ne peut pas vouloir tout et son contraire ; on n’en a plus les moyens, il faut faire des choix !

En prenant du recul, il est ainsi révélateur que la ville investisse chaque année des sommes extrêmement importantes dans 2 sociétés publiques locales dont les principaux enjeux auront été pour vous de faire croire aux solutions miracles plutôt que de vous attaquer à la racine des problèmes. 

Le dragon vend du rêve et nous avons tous besoin de rêver, mais il justifie aussi d’une subvention d’équilibre à la SPL Grand Calais Tourisme et Culture de 839.000€.  Il nous faut donc aussi savoir confronter le rêve à une réalité durable et je vous invite à recentrer dans le temps les priorités budgétaires sur le fondamental. 

La SPL Commerce et centre urbain était une nécessité dont vous avez pris conscience bien tardivement, alors que nous vous alertions depuis des années sur la déprise du commerce du centre-ville. Là encore, vous avez voulu faire croire à un toujours plus irrationnel en soutenant avec de l’argent public à la fois le commerce de centre-ville et le projet Leclerc ; on voit aujourd’hui où cela nous aura mené. 

Oui, la SPL Commerce et centre urbain est utile et son action est bénéfique, mais nous n’avons pas les moyens de financer à la fois le petit commerce et les infrastructures de desserte de la grande distribution dont Calais est déjà saturée. 

Et puis dans le domaine de l’énergie et de la transition énergétique, rien ou si peu de choses dans ce budget alors que c’est un enjeu majeur pour le climat, pour l’économie et pour l’emploi et que nous disposons à Calais et dans le Calaisis d’un potentiel extraordinaire !

Je salue toutefois la démarche géothermique engagée pour chauffer l’hôtel de ville ; je suis heureux également que vous ayez repris à votre compte notre proposition de récupérer l’énergie fatale produite par Graftech en la connectant au réseau de chaleur urbaine, mais on peut aller beaucoup plus loin en associant la population dans une société d’économie mixte locale de production d’énergie renouvelable, pour que l’argent des Calaisiens emploie des Calaisiens et permette à la population de se chauffer durablement et pour moins cher. Il s’agit de créer un système économique et social local vertueux. D’autres s’y sont déjà engagés et nous sommes prêts à nous engager avec vous dans cette direction.

Madame le Maire, vous dénoncez facilement et systématiquement la gestion de vos prédécesseurs. C’est votre droit et vous avez sans doute parfois raison ; tout n’a sans doute pas été bien fait alors, comme tout n’est pas bien fait aujourd’hui. Chaque mandature doit faire face à des problématiques. Certains ont eu à reconstruire dans l’urgence une ville à moitié détruite par la guerre, d’autres ont dû dépenser énormément d’argent pour créer un système de tout à l’égout qui n’existait pas, d’autres encore ont eu à faire face à une crise économique qui a laminé près de 30.000 emplois dans la dentelle… Vous, Vous avez la crise migratoire, le Brexit, la Covid… rien n’est simple, jamais, mais ce que l’on jugera demain ce sera avant tout la capacité de la municipalité d’aujourd’hui à avoir su anticiper l’avenir et à avoir su assumer les choix de rupture qui auront permis d’adapter la ville aux vrais enjeux du futur pour la population. Du temps et de l’argent ont été perdus mais beaucoup peut encore être fait. Pour notre part, nous y sommes prêts.

Voilà Madame le Maire ce que nous inspire ce projet de budget sur lequel pour notre part nous nous abstiendrons, dans l’espoir de pouvoir voter les suivants si les propositions que nous vous faisons sont entendues. ABSTENTION

Christophe DUFFY, à propos du vote du budget 2021 de la ville.
Lynda KRAWCZYK

Permettre aux commerces la vente de leurs produits devant leur devanture sur le trottoir

Certains maires ont signé un arrêté pour permettre la réouverture de certains commerces à condition que les ventes s’effectuent en extérieur et bien sûr dans le respect des mesures sanitaires.

Dans notre région, le durcissement des mesures gouvernementales a conduit à une nouvelle fermeture des commerces dit »non essentiels ». Encore un coup dur pour de nombreux chefs d’entreprises, qui peinent à voir le bout du tunnel.

Ma question est simple, est ce que vous envisagez Madame de faire de même ?

Cette initiative irait dans le même sens que l’opération « Place aux Restos » qui permet aux clients d’acheter des plats confectionnés par des restaurateurs de notre ville, sur le marché.

Elle pourrait apporter de la cohérence à un dispositif national totalement incompréhensible et lever cette contradiction qui pénalise les commerces sédentaires, en leur donnant le libre choix d’exercer leur activité de vente en extérieur.

Je sais bien que les préfectures commencent déjà à s’agiter pour contrer ces décisions. Mais justement, plus il y aura d’arrêtés plus cela fera du bruit et même si au final nous savons qu’il y a peu de chances d’obtenir gain de cause.

Ce serait tout au moins une occasion pour dénoncer les mesures gouvernementales incohérentes et ré-affirmer un soutien sans faille aux commerçants de notre ville, de notre région et de notre pays !

Lynda KRAWCZYK, en soutien aux commerces dits non essentiels.

DÉMOLITION IMMEUBLE RUE DE VIC À CALAIS

Nous assistons à une nouvelle démolition par TOH du fait d’une absence chronique de gestion du patrimoine.

La mérule se développe dans des bâtiments abandonnés, non aérés, humides et dans l’obscurité. Un patrimoine doit être entretenu et géré.

Nous refusons d’entendre que le bâti ancien du cœur de ville n’est pour TOH qu’une réserve foncière sans considération du patrimoine et du cadre de vie.

Nous votons donc contre.

Lynda KRAWCZYK, suite à la démolition d’un immeuble rue de Vic

Laisser un commentaire