Ville à vivre

En douze ans et en dépit de ses atouts uniques (plage, patrimoine, situation géographique…), Calais a perdu 5 000 habitants une fois déduits les 4 000 réfugiés comptabilisés par l’INSEE dans le recensement.

Parce que nous considérons que l’attractivité résidentielle est un enjeu économique majeur puisque que les habitants consomment dans la ville tous les jours de l’année alors que les touristes ne sont là que quelques jours, nous ferons en sorte que les Calaisiens puissent vivre dans un environnement sain, dans un habitat digne, dans une ville plus verte et plus solidaire où tous les quartiers sont pris en considération. Une ville où l’immobilier cesse de se dévaloriser, une ville dans laquelle chacun peut se déplacer facilement et compter sur des services de proximité, Une ville apaisée dans laquelle le lien social est quotidien et qui donne envie de venir y vivre !

Une Maison du vivre-ensemble sera implantée dans chaque quartier. Elle sera ouverte toute la semaine et accueillera les services de proximité, le conseil de quartier, les associations. Ce sera un espace d’aide et d’accompagnement administratif dans lequel du personnel municipal compétent et un réseau de partenaires (CAF, caisses de retraites, pôle emploi…) accompagneront les habitants dans toutes leurs démarches du quotidien. Ce sera aussi un lieu de médiation sociale, avec la présence des bailleurs sociaux, de la police municipale. Les élus référents de la municipalité y auront un bureau et des espaces y seront dédiés à la convivialité intergénérationnelle, aux animations et à la solidarité (épicerie sociale, centre de santé, CCAS …).

Nous installerons un centre médical de proximité dans les Maisons du vivre-ensemble des quartiers touchés par un manque de médecins.

Nous mettrons en place un nouveau contrat social afin de reposer les règles d’équilibre entre la collectivité, les associations et la population et nous travaillerons les critères d’attribution des subventions aux associations en toute transparence, en fonction de leur contribution au bien commun. Nous offrirons la première licence sportive dans une association calaisienne parce que le sport c’est aussi la santé !

Nous créerons des parcs urbains à la place des grandes friches (Brampton, ancien hôpital), ainsi que sur les délaissés portuaires, en lien avec de vrais écoquartiers (bassin Ouest, bassin Carnot), et nous les connecterons entre eux par des parcours verts de sports et de loisirs. Ces derniers irrigueront la ville, le long des canaux jusqu’à la plage.

Nous planterons 20 000 arbres dans toute la ville, afin de la rendre plus verte, de réduire la pollution aux particules fines, et de faire baisser la température en période de forte chaleur.

Dans chaque quartier, nous créerons des espaces partagés et apaisés en concertation avec les conseils de quartier : placettes, jardins, petits équipements de loisirs.

Nous accentuerons la lutte contre les marchands de sommeil, contre l’habitat dégradé et insalubre, contre les passoires énergétiques et nous aiderons aux réhabilitations des logements.

Pour protéger le territoire des inondations, nous stopperons l’extension urbaine. Nous travaillerons en concertation avec les communes voisines à l’élaboration d’un plan intercommunal d’urbanisme.

Parce qu’il n’est pas cohérent de disposer d’un service public de location de vélos sans réseau cyclable digne de ce nom, nous créerons de vrais itinéraires cyclables et piétons sécurisés et accessibles, permettant de relier les quartiers entre eux, et le long des berges des canaux. Nous éviterons ainsi de dépenser 2 millions d’euros pour une passerelle vélos-piétons qui ne débouche sur rien !

Nous réviserons, en concertation, le plan de déplacements urbains, de stationnement et d’accessibilité, pour fluidifier et sécuriser la circulation en ville et lutter contre le stationnement anarchique. Nous rénoverons les trottoirs et les rendrons partout accessibles à tous (suppression des obstacles, mise à niveau pour fauteuils roulants et poussettes…).

Nous créerons un moyen de transport en site propre, innovant et rapide, qui reliera la gare centrale, le Fort-Nieulay, la zone de la Française, Cité Europe et la gare TGV. Nous améliorerons la liaison entre la ville et le port pour les passagers piétons.

Nous abandonnerons le projet de transport en site propre avenue Blériot, où les bus sont déjà efficaces et où les seuls embouteillages sont causés par le passage de la Majest’In. Nous réserverons cette dernière à des activités pédagogiques, touristiques et de loisirs.